Historique

Le Syndicat au fil de l’eau … au fil du temps …

Chronologie de son évolution :

En 1949 …

Le Syndicat de NORD RIVE DROITE DU CHER a été créé par Arrêté Préfectoral le 15 novembre 1949. Les premières décisions et délibérations datent de mars 1950.

A cette période, sa dénomination officielle est  “Syndicat Intercommunal d’Adduction en Eau Potable de Nord Rive Droite du Cher” (SIAEP). La notion d’intercommunalité est déjà d’actualité et les communes de BRAIZE, LE BRETHON, L’ETELON, LOUROUX-BOURBONNAIS, ST-CAPRAIS, URCAY, LE VILHAIN, VITRAY et MEAULNE prennent conscience de l’intérêt de se regrouper pour dimensionner une structure qui serait amenée à gérer le développement des réseaux d’eau potable sur la région. Les communes de HERISSON, ST-BONNET-TRONCAIS et VALLON EN SULLY quant à elles, souhaitent adhérer au Syndicat pour la gestion et le développement de l’eau potable, seulement pour leurs écarts.

De 1950 à 1963, le Syndicat en est à ses débuts et ses faibles capacités financières ne lui permettent que de réaliser sept puits de captage durant cette période.

En 1964, sa construction progressive continue, les travaux de construction de la station de pompage de  « Prévallon » située sur la commune de VALLON EN SULLY débutent et les premiers travaux de création de réseaux démarrent.

En 1965, la distribution commence, une partie des abonnés au service reçoit les premières factures de consommation d’eau potable. A cette occasion, une personne dénommée « le Fontainier » est recrutée pour gérer le service à effectuer auprès des abonnés.

Au cours des années 1972 – 1976, le Syndicat continue son développement en recueillant la totalité du réseau des communes de HERISSON et ST BONNET TRONCAIS. Il est constitué alors à ce moment de onze communes adhérentes. Pendant ces années, deux nouveaux agents techniques sont recrutés pour faire face aux besoins.

En 1988, le réseau de distribution est entièrement réalisé. Tous les écarts sont desservis et le montant des travaux investis depuis de nombreuses années est de l’ordre de 20 000 000 de Francs.
Au cours de cette même année, la commune de VALLON EN SULLY se joindra aux autres communes formant le Syndicat en lui confiant la gestion totale de ses réseaux d’eau potable. Le Syndicat est ainsi constitué de douze communes à compter de cette même année.

Les années 1990 …

C’est à partir des années 1990 que l’évolution du Syndicat va prendre une autre direction. En effet la population augmentant, et par conséquent le volume des consommations également, il fallut commencer à prévoir des programmes d’investissement en matière de renforcement de réseaux et d’extension de la zone de captage des eaux souterraines. Des puits supplémentaires, une extension de la station de pompage, et la modernisation de plusieurs parties du réseau sont donc réalisés.

Dès lors, chaque année un important programme de renouvellement et de renforcement sera prévu toujours dans le but d’entretenir et de pouvoir subvenir aux besoins des abonnés.

En 1998, la mise en place de la cartographie informatisée sur l’ensemble du territoire du Syndicat et de la télégestion entre les réservoirs tampons et la station de pompage, va permettre d’améliorer considérablement les conditions d’exploitation du réseau d’eau potable.

Les années 2000 …

Au cours de l’année 2000, le Syndicat va connaître une nouvelle étape importante dans son évolution, avec la modification de ses statuts et notamment sa transformation de S.I.A.E.P (vocation unique = eau potable) en SIVOM (Syndicat Intercommunal à Vocation Multiple = eau potable + assainissement).
Les années de 2000 à aujourd’hui sont consacrées essentiellement à la recherche de nouvelles ressources en matière d’eau potable, à la rénovation des réservoirs et à l’amélioration des ouvrages sur la zone de captages de    « Prévallon ».
La sécurisation du réseau d’eau potable a également été effectuée avec l’aide du S.M.E.A                                    (Syndicat Mixte des Eaux de l’Allier) qui a réalisé les travaux d’interconnexion avec d’autres Syndicats afin de secourir en eau potable les habitants de notre secteur géographique en cas de catastrophe.

Début 2008 : construction d’un bâtiment technique, rénovation et extension du bâtiment administratif, recrutement d’une équipe administrative et technique pour renforcer les équipes déjà en place et pour assurer la restructuration de la collectivité, le développement du service Assainissement collectif et du S.P.A.N.C.        (Service Public d’Assainissement Non Collectif).

Courant 2008, un logo représentatif de la collectivité et de ses nouvelles missions a été créé.

Le 1er janvier 2009, les fruits de ce recrutement commencent à faire leur apparition :

–    Les communes de HERISSON, SAINT BONNET TRONCAIS, URCAY, LOUROUX BOURBONNAIS, LE VILHAIN, et VALLON EN SULLY transfèrent leur compétence en matière d’Assainissement Collectif au Service correspondant du SIVOM, soit 6 communes sur 8 possibles,

–    Les communes de HERISSON, SAINT BONNET TRONCAIS, URCAY, LOUROUX BOURBONNAIS, LE VILHAIN, VALLON EN SULLY, MEAULNE, LE BRETHON, SAINT CAPRAIS, VITRAY, L’ETELON et  BRAIZE transfèrent leur compétences en matière d’Assainissement Non Collectif au Service correspondant du SIVOM, soit l’ensemble des communes constituant notre Syndicat.

Début 2009, création et mise en place du Service Assainissement Collectif du SIVOM dans sa version opérationnelle.

En 2010, c’est le début de la mise en place du service communication du SIVOM : création d’un journal annuel.

Le 1er janvier 2011, mise en place du Service Assainissement Non Collectif du SIVOM dans sa version opérationnelle.

Le 1er janvier 2012, la Commune de Le Brethon transfère ses compétences en matière d’Assainissement Collectif au service correspondant du SIVOM portant ainsi le nombre de communes adhérentes à ce service à 7 sur 8 possibles.

Courant 2012, développement du Service Communication du SIVOM par la création et la mise en place d’un site Internet et par le recrutement d’un agent administratif polyvalent supplémentaire.

Et aujourd’hui …

Pour le Service Eau Potable, l’évolution de la législation en matière de quantité et qualité de l’eau implique que des travaux en vue d’améliorer notamment le rendement de notre réseau soient entrepris, tout en continuant à maintenir une politique de renouvellement pluriannuel de nos installations. Ainsi verrons le jour très prochainement, des travaux consistant à positionner des regards de comptage sectoriels qui permettront notamment, de détecter beaucoup plus rapidement et facilement les fuites, de limiter la coupure d’eau aux abonnés en cas de travaux, et de réaliser une étude diagnostique du réseau d’eau potable. Ce n’est également qu’en passant par cette étude que la réalisation d’un programme pluriannel de renouvellement de conduite stratégique et financièrement prévisible sera rendu possible.

Pour le Service Assainissement Collectif, les données sont différentes, il est tout jeune et doit apprendre à se développer. Une chance, il a un modèle qui fonctionne à merveille, c’est le service eau potable. S’inspirer de la construction et de l’évolution de ce dernier semble-t-il- être la meilleure solution ! Ainsi après quelques années de construction d’un bugdet qui devrait lui permettre de fonctionner normalement et d’emprunter, les prochaines années seront consacrées aux investissements à réaliser avec plus ou moins d’urgence sur les différentes communes.

Le Service Assainissement Non Collectif continue sa progression et après une longue période consacrée au diagnostic des installations existantes sur le territoire du SIVOM, il consacrera l’essentiel de son temps dans l’accompagnement des particuliers pour la création et la réhabilitation de leur dispositif d’assainissement non collectif.

Et pour demain …